ISAIDAT
 
EN FR IT
Home > Pubblicazioni - Libri > Convictions philosophiques et religieuses et droits positifs
copertina
Convictions philosophiques et religieuses et droits positifs
Autore/i
  • CENTRE DE DROIT CIVIL ET COMPARÉ DU QUÉBEC (Université McGill)
  • CENTRE INTERNATIONAL DE LA COMMON LAW EN FRANÇAIS (Université de Moncton)
  • INSTITUUT VOOR VREEMDELINGENRECHT EN RECHTSANTHROPOLOGIE (Katholieke Universiteit Leuven)
Editore
Bruylant
Anno di Pubblicazione
2010
Pagine
658
Codice ISBN
(fr) 978-2-8027-2895-5

Cette affirmation d’un éminent directeur du journal Le Monde , André Fontaine, semble aujourd’hui déjà confirmée alors que ce siècle n’a pas encore franchi le stade de sa petite enfance. Et il ne semble pas qu’il s’agisse là d’une simple question de «mode » comme le diraient certains. Disons plutôt que le sujet des rapports entre convictions philosophiques et religieuses et droits positifs semble non seulement d’actualité, mais encore ouvert sur l’avenir de nombre de sociétés humaines au seuil du troisième millénaire. On pourrait même avancer que, dans le contexte de la globalisation, tout le problème de la cohabitation pacifique de l’humanité en mouvement y est posé.

En outre, quiconque s’intéresse à la problématique soulevée par la rencontre de normativités différentes résultant d’une part des convictions philosophiques et religieuses, d’autre part des droits positifs, se rend rapidement compte que celle-ci échappe au seul juriste. L’éclairage que peuvent fournir à ce dernier l’anthropologue, l’historien, le politologue ou le sociologue est fondamental. Réunir des spécialistes venus d’horizons différents dans le vaste champ des sciences humaines est donc une caractéristique de ce volume. Qui plus est, l’ouverture d’esprit caractéristique de l’ensemble des auteurs les rend particulièrement conscients de l’écart susceptible d’exister entre ce que proclament les droits positifs et les réalités culturelles, économiques, politiques et sociales propres à chaque société et aux convictions de ses membres telles qu’elles se présentaient devant eux.

Mais au-delà de ces aspects qui se situent au niveau des sociétés en tant que telles, on ne peut perdre de vue qu’en matière de convictions, c’est au premier chef le for intérieur de l’individu qui est en cause. À côté du pluralisme des normes sociales, c’est donc également l’infinie pluralité des attentes individuelles qui doit être prise en compte dans une perspective pluraliste radicale. Dans la mesure où il accorde éventuellement une place à la femme ou à l’homme qui « vit » la conviction, cet ouvrage ouvre des pistes de réflexion à ceux que la problématique déclarée dans son titre intéresse.

ISAIDAT, Campus Luigi Einaudi, Lungo Dora Siena, 100 - 10153 TORINO - Italia - info@isaidat.org